SuperNote A5X – tablette eInk 10 pouces performante et durable.

Ratta est un constructeur Chinois, qui avait produit la SuperNote A5 (en 10 pouces) et sa petite sœur A6 (en 7.8 pouces). Ils ont sorti il y a maintenant quelques temps la SuperNote A5X, basée sur Android. Nous l’avions évoquée dans quelques articles, sans prendre jusqu’à maintenant le temps de lui dédier une page. Pourtant cette tablette e-Ink est intéressante, et mérite bien que l’on s’y penche, surtout depuis la dernière mise à jour de son logiciel interne.

Niveau matériel: basique en apparence, mais solide et durable.

Quand on la regarde, la A5X semble très basique. Pas de bordure en alu, comme la reMarkable 2 ou la Boox Note AIr, une finesse correcte mais pas spectaculaire. Elle ressemble à une reMarkable 1 sans boutons. Rien de spécial en apparence. Sous le capot on retrouve un CPU Cortex A35 quad-core, 2GO de RAM et 32GO d’espace de stockage. L’écran est un écran Mobius (donc souple: pratiquement incassable) de 10.3 pouces, avec une résolution de 1404×1872 avec 226 PPI.

On n’est pas ici dans la course à vous vendre un CPU octa-core et plusieurs gigas de RAM, comme le font certains concurrents, en laissant supposer que si le hardware est plus récent et/ou plus puissant, l’appareil sera forcément mieux. Chez Ratta, le matériel évolue doucement, mais le logiciel subit des transformations, en fonction du retour des utilisateurs. Le constructeur revendique cette approche minimaliste niveau hardware: pas d’éclairage, pas de course aux cœurs de CPU. Impossible d’évaluer ce produit en se basant uniquement sur le matériel, même si l’on peut reconnaître, qu’on est potentiellement sur une machine suffisamment puissante pour pouvoir accomplir ses taches avec brio pendant de longues années si la dimension logiciel tient la route; d’autant plus qu’il est possible d’y ajouter un clavier, et qu’elle peut ainsi être utilisée comme une machine à écrire e-Ink, en plus léger – et bien plus polyvalent!

Au niveau de la couche d’écriture, la SuperNote A5X est recouverte d’un film souple et très solide, et le stylo vendu avec l’appareil dispose d’une mine en céramique, qui devrait durer à vie. On est loin de la reMarkable 2 et du besoin de changer régulièrement les mines! Niveau sensation, rien à voir là non plus avec la recherche du couple papier/crayon de chez reMarkable, on est plus sur un stylo à gel de qualité: ça glisse, et la résistance légère fait penser à celle d’un stylo à encre de qualité, bien qu’on soit sur une toute autre expérience.

Une spécificité des appareil de Ratta est la barre de menu, située sur le coté droit de l’appareil, qui permet d’un glissement de doigt de passer de l’application de prise de note à un dernier document ou à une autre application, mais encore d’accéder à différentes pages de documents insérée en « favoris ».

L’aspect matériel de la A5X (et sa petite sœur la A6X est similaire, bien que dotée pour sa part d’un écran Carta doté d’une fine couche de verre et donc plus fragile) n’est donc pas si basique: basique en apparence, plusieurs spécificités matérielles font que la A5X a vraiment le potentiel d’être un très bon appareil. Mais il faudrait pour cela que le logiciel suive! Et justement, c’est là que Ratta (la compagnie produisant cet appareil) s’illustre, comme nous allons le voir. Ils ont en effet tracé, avec le système d’exploitation des A5X et A6X leur propre voie, cherchant à allier minimalisme et productivité.

Un système basé sur Android, puissant, performant et minimaliste.

Le système d’exploitation de la SuperNote A5X, « Chauvet » est basé sur Android, mais contrairement à ce que l’on retrouve sur les tablettes d’Onyx Boox, nous ne sommes pas en présence d’un système Android « classique ». En effet, si les tablettes Boox produisent l’effet d’être des tablettes numériques « normales » dotées d’un écran eInk, chez SuperNote on ne retrouve pas ce paradigme. En un sens, bien que le logiciel soit basé sur Android on est sur une approche plus minimaliste, similaire à celle que l’on retrouve sur leur ligne basée sur une distribution minimaliste basée sur un noyau Linux, comme la plus basique Supernote A5. On peut prendre des notes, annoter un document, mais aussi lire ses courriers électroniques ou utiliser l’application Kindle. Et c’est tout! Pas de possibilité d’accéder au Playstore, pas de possibilité d’utiliser l’appareil comme une tablette « normale ».

On pourrait penser que c’est un point négatif pour la A5X, et qu’il faudrait lui préférer la Boox Note 5. Ce n’est pas forcément le cas. En effet, ce qu’elle fait, elle le fait bien. Il y a différentes fonctionnalités qu’on ne retrouve que chez SuperNote, et qui font la différence.

Il est par exemple possible de marquer d’une étoile un passage, puis de retrouver facilement toutes les pages avec ce symbole. On peut aussi souligner un extrait de livre (en le mettant [entre crochets] avec le stylet) et il apparaîtra dans le « digest » lié au document: pratique pour retrouver références ou citations! Mais la fonctionnalité qui me semble la plus pertinente est la possibilité d’entourer un mot clef pour qu’il soit détecté par le système de reconnaissance de caractères de la machine et apparaisse comme lien avec les autres mots clefs, dans un menu spécifique.

Le problème pour nous autres, francophones, c’est que si le traitement est effectué en local sur l’appareil (ce qui est une bonne chose: pas besoin d’être connecté au réseau, et meilleure protection de la vie privée des usagers!) il est surtout efficace en anglais. Il est même impressionnant, reconnaissant des mots écrits à la va-vite, difficilement lisibles. Par contre en français, son efficacité est toute relative. Et c’est dommage car potentiellement, cette fonctionnalité permet d’envisager certains usages, que ce soit en annotation de documents ou prise de note qui transforment l’expérience de lecture, d’annotation ou d’écriture pour y ajouter un « plus » rendu possible uniquement par le numérique.

Performance

Alors que comparativement à la concurrence les A5X et A6X étaient plus lentes, la latence à l’écriture ou à la circulation dans l’interface étant bien plus perceptible qu’avec la reMarkable 2, le dernier firmware, rendu disponible début Janvier 2022 et testé pour notre part sur la A5X a changé la donne. L’appareil est rapide, la latence à l’écriture est a peine perceptible, il en va de même quand on se balade dans les différents menus de l’appareil.

A mon sens, si avant cette mise à jour on pouvait trouver des raisons de lui préférer la reMarkable 2 à cause des lenteurs de l’interface de la A5X (raisons contestables au vue de la fragilité de cette dernière!), il n’y a plus maintenant de raison de le faire, et ce d’autant plus depuis que la compagnie norvégienne est partie sur un système d’abonnement, absurde à mon sens.

Utilisation hors ligne et ouverture

L’approche en tout cas choisie par Ratta pour sa SuperNote est bien plus appréciable pour le consommateur. Chez reMarkable, on est prisonniers de leur « cloud » pour la reconnaissance de caractères, et il est difficile de transférer des fichiers directement sur l’appareil sans logiciels tiers; avec la A5X on ne retrouve pas ces problèmes: tout peut se faire « hors ligne », et il suffit de la brancher à un ordinateur pour pouvoir y glisser ses fichiers, dans les dossiers que l’on souhaite. S’il est possible d’utiliser gratuitement le cloud offert par l’entreprise, et avec des serveurs en Europe, Amérique ou Asie, mais aussi Dropbox, tout est fait pour que l’utilisateur puisse s’en passer sans soucis s’il le désire. Et c’est à mon sens un vrai plus.

On apprécierait par contre un peu plus d’ouverture: la marque a promis depuis des années de donner un accès « root » à ses appareils, mais on attend toujours! Il devrait néanmoins devenir possible dans les mois qui viennent de développer des applications pour la A5X, ce qui pourrait laisser imaginer le développement d’un écosystème similaire à celui qu’on retrouve autour des tablettes reMarkable, dont l’ouverture a entraîné un réel dynamisme communautaire, venant suppléer aux manquements de l’entreprise. Ceci dit, l’appareil offrant les fonctionnalités nécessaires « out of the box », il est moins nécessaire de pouvoir le bidouiller: on peut se contenter de l’utiliser pour ce à quoi il est prévu!

Conclusion

A un prix d’environ 550 dollars US, soit environ 485 euros, la machine est intéressante. Il faut par contre y rajouter les frais de douane et la TVA, ce qui la met au final à un peu plus de 600 euros. Il faut aussi l’acheter directement sur le site du fabricant, et en cas de retour (si elle ne convenait pas à l’utilisateur) on peut s’asseoir sur la TVA et les frais de douane. A mon sens à ce prix là elle reste intéressante, surtout étant donné que la compagnie semble motivée et à prendre en compte les retour des utilisateurs, mais aussi à mettre à jour sur le temps long son logiciel. Elle est intéressante aussi et surtout car, construite avec des composants bien équilibrés et des matériaux solide, et basée sur un écran eInk Mobius, elle devrait s’avérer très durable: il devrait être possible de l’utiliser à son plein potentiel durant de longues années. Il se dit qu’un distributeur français va prochainement voir le jour, si c’était le cas cela pourrait la rendre encore plus attrayante… nous vous tiendrons bien entendu informés.

Quoi qu’il en soit, c’est un appareil vraiment sympa et performant, qui, bien que n’offrant pas la polyvalence des tablettes e-Ink proposées par Onyx Boox devrait être plus durable, et offre en tout cas une expérience utilisateur très bonne, pour qui sait apprécier son minimalisme, orientée vers la productivité: concentré sur les fonctions de lecture, d’écriture et de prise de notes, ce type d’appareil permet d’aider à ne pas se disperser et n’est réellement pas une tablette Android basique dotée d’un écran e-Ink. Cela n’enlève rien à la grande polyvalence des Boox Note 5 et autres Boox Max Lumi 2, permise par leur intégration du PlayStore, mais peut s’avérer préférable pour certains utilisateurs, qui apprécieront le coté minimaliste, solide et très durable de l’appareil, qui est clairement plus un outil de travail pour qui veut lire et écrire avec un appareil numérique qu’un énième gadget numérique sous Android à fort risque d’obsolescence…

Un appareil à recommander à ceux qui cherchent un appareil durable qui soit à la fois liseuse et appareil de prise de notes; et sont prêts à faire confiance à une jeune marque très active sur reddit, orientée non pas vers la vente régulière de nouveau matériel, mais vers l’amélioration continue de l’existant.

Des questions, des retours? N’hésitez pas à laisser un commentaire ci-dessous ou à faire un tour sur le forum!

Articles qui pourraient vous intéresser:

Étiquettes:

4 commentaires sur “SuperNote A5X – tablette eInk 10 pouces performante et durable.”

  1. Leur approche a l’air sympa, à la fois on reste sur un produit plutôt minimaliste, et à la fois il y a pas mal de fonctionnalités. Dommage qu’il ne soit pas mieux diffusé par ici, j’aimerais bien pouvoir en trouver un en occasion 😀

  2. Article intéressant, si ils arrivent à conserver un logiciel performant sur le long terme ça peut être un appareil pas mal, malgré son hardware un peu inférieur à ce qu’on trouve sur les Boox.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.