BOOX Max Lumi2 – Tablette eInk 13 pouces professionnelle.

  • par

Onyx Boox sort une nouvelle tablette e-Ink, la « Boox Max Lumi 2 ». Est-ce un bon appareil pour les personnes cherchant à lire et annoter des PDFs? Et pour celles qui veulent prendre des notes? Que penser du fait qu’elle tourne sous Android? Notre avis sur la question.

Un appareil puissant, un écran durable.

La Boox Max Lumi 2 est dotée d’un écran de 13.3 pouces, comme la tablette à encre numérique qui lui précédait, la Boox Max Lumi. La Max Lumi 2 utilise un écran Mobius, basé sur une fine couche de plastique pliable: il devrait donc s’avérer solide et durable, étant très difficile à casser et c’est un point fort car la casse d’écran est le principal point noir des appareils eInk en terme de durabilité, quand ceux-ci sont dotés d’un écran Carta, basé sur une fine couche de verre synthétique. L’écran dispose d’un éclairage LED, permettant d’utiliser la tablette confortablement dans les conditions de faible luminosité.

Au niveau du processeur, on retrouve un monstre Octa-Core, bien plus que suffisant pour les taches à accomplir sur l’appareil, couplé à 6GO de RAM et 128GO de ROM (pour les logiciels et le stockage). L’usage de l’appareil n’est pas limité par ses capacités hardware! Une batterie de 4300mAh vient compléter le tableau, offrant une bonne autonomie.

Un appareil très polyvalent.

Tournant sous Android 11, La Boox Max Lumi 2 est fournie avec un ensemble de logiciels conçus pour l’utilisation d’un appareil e-Ink: lecture, prise de note, annotation de documents PDFs. L’ensemble est réussit, très bien intégré et on retrouve une bonne sensation à l’écriture, qui fait penser au crayon par certains aspects.

La grande diagonale permet de livre très confortablement des documents A4 (thèses, documents techniques, etc.) et il est possible de partager l’écran en deux pour prendre des notes sur une moitié de l’écran, pendant qu’on lit un document de l’autre coté. Ceci est vraiment pratique et c’est à mon sens pour ce genre d’usage qu’une liseuse-annoteuse en 13.3 pouces brille. En effet, pour simplement lire et annoter des PDFs, une tablette e-Ink en 10 pouces peut s’avérer suffisante (même si pour certains documents A4 sans marges on peut trouver la taille d’affichage un peu juste). Par contre, dans ce scenario difficile de prendre des notes en même temps que l’on lit: si on coupe l’écran en deux, la zone dédiée à la lecture est trop juste pour être confortable, avec la plupart des documents; on peut jongler entre l’application de lecture et celle de prise de note mais à l’usage de n’est pas très agréable. Un écran de 13.3 pouce permet de faire comme si l’on avait deux tablettes de diagonale plus petites l’une à coté de l’autre: une comme liseuse, et une autre comme appareil de prise de note.

La spécificité des tablettes e-Ink d’Onyx Boox, est leur intégration du Playstore Android et de différents modes graphiques, permettant de faire tourner à peu prêt correctement la plupart des applications. Ceci offre à ces appareils une très grande polyvalence: on peut les utiliser pour répondre à des emails, ou surfer sur Internet. Bien entendu, la lecture de vidéos est loin d’être optimale, à cause du mode de rafraîchissement spécifique des appareils à encre numérique. C’est néanmoins le point fort des appareils Boox: on peut aller récupérer un PDF sur le web, ou faire une pause de lecture en allant regarder ce qui se passe sur les réseaux sociaux. Mais n’est-ce pas aussi leur faiblesse?

En effet, l’intérêt des appareils e-Ink réside aussi dans le fait que ce ne sont pas des ordinateurs, ni des smartphones: être limité dans les applications installables peut permettre une plus grande productivité, en aidant à rester centré sur une tache spécifique, principalement lire et écrire. En cela, si la polyvalence des appareils Android Boox peut être pertinente pour certains utilisateurs, pour d’autres plus de minimaliste serait plus approprié. On pense par exemple aux appareils proposés par SuperNote, qui offrent une certaine polyvalence (possibilité de connecter un clavier, de lire un grand nombre de fichiers, etc.) tout en restant limité à un certain type de taches. Bien entendu, il n’est pas obligé d’installer des applications, et cette possibilité permet d’adapter son appareil à ses besoins, par exemple en installant un logiciel de gestion bibliographique: ce n’est pas à négliger!

Et sur le long terme, un bon choix?

Vu le coût élevé de l’appareil la question de sa durabilité est fondamentale. Celle-ci vaut tant pour l’aspect matériel de la liseuse, que pour le coté logiciel. Or, si niveau matériel il est probable que la tablette reste performante pour des années, l’aspect logiciel pose question. En effet, Boox propose très régulièrement des nouveaux appareils et est finalement un marchand de hardware. Mais une fois les appareils dans les mains des consommateurs, les mises à jour sont limitées. Elles existent, mais les appareils restent en général bloqués à leur version Android d’origine, même si certains peuvent se voir proposer une mise à jour vers une version supérieure. Ce n’est clairement pas un problème pour qui utilise son appareil pour lire et prendre des notes: les logiciels adaptés à ses fonctions sont bien pensés, et si au bout de quelques années la tablette ne recevait pas de nouvelle mise à jour sur ces fonctions, ce ne serait pas forcément problématique. Par contre c’est un problème pour qui achète cette appareil en souhaitant s’en servir comme une tablette Android, en installant et utilisant diverses applications. En effet, passé quelques années, il risque de devenir difficile d’obtenir de nouvelles versions de ces applications tierces.

Néanmoins, l’appareil offrant une base matériel solide, et étant doté d’un écran Mobius, il devrait s’avérer un choix qualitatif et durable pour qui souhaite l’utiliser pour lire et annoter des documents dans différents formats (ePub, PDF, Doc, etc.) mais aussi pour qui veut prendre des notes avec le stylet. Pour qui veut un appareil pour utiliser massivement et durablement le playstore, il faudra mieux se tourner vers une tablette dotée d’un écran LCD qui, bien que moins agréable pour la lecture, pourra offrir un cycle de mises à jour d’Android plus long, et permettra de faire tourner les applications graphiques plus confortablement.

Conclusion

Finalement, il faut se rappeler pour quel usage les tablettes e-Ink sont le plus adaptées: lire et annoter des documents, relire, prendre des notes… Pour qui veut s’en servir pour cet usage, la Boox Max Lumi 2 sera très bien: polyvalente et durable, et son grand écran 13.3 pouces permettra de lire tout types de documents, même des documents A4 à la police petite et aux marges réduites. Il permettra aussi de couper l’écran en deux, pour lire un livre (en PDF ou ePub) d’un coté, et prendre des notes de l’autre.

En conclusion, c’est un bon appareil pour qui fait de la recherche ou lit beaucoup de documents PDFs. Son coût élevé (un peu moins de 900 euros lors de l’écriture de cet article) peut sembler trop élevé, c’est malheureusement le prix à payer à l’heure actuel pour une tablette dotée d’un écran e-Ink (encre numérique) d’une diagonale de 13.3 pouces, seule diagonale permettant de lire confortablement tous types de documents A4.

Pour plus d’informations et pour commander l’appareil, il est possible de consulter la fiche produit Amazon, sur laquelle de nombreux utilisateurs partagent leur retour d’expérience.

Si vous essayez cet appareil, n’hésitez pas à partager votre expérience ci-dessous, ou bien sur notre forum.

Articles qui pourraient vous intéresser:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.