Meilleures tablettes eInk pour lire et annoter des PDFs

  • par

Nous avons précédemment évoqué les capacités en lecture de PDF des principales liseuses du marché. Si certaines permettent une expérience tout à fait correcte pour qui souhaite uniquement lire des documents PDF, les tablettes eInk, apparues plus récemment et dotées d’un stylet permettent de faire plus que lire: on peut annoter ses documents, puis les exporter. On peut aussi les utiliser comme des carnets numériques, afin de prendre des notes.

Contrairement aux liseuses grand public, la plupart des tablettes eInk sont adaptées par défaut à la lecture de PDF. Pourtant, certaines sont plus adaptées que d’autres, permettant de naviguer facilement dans les documents ou bien de marquer des pages en « favoris » par exemple. Dans les principaux modèles du marqué, lesquels sortent du lot? Nous allons essayer d’y voir plus clair.

Tablettes eInk: Encre digitale + stylet = lire et écrire.

Si les liseuses que nous avons évoquées jusqu’à présent permettent de lire confortablement des documents (eBooks aux formats ePub, Mobi etc, mais aussi PDF), et si de tels appareils étaient les seuls permettant de lire des PDF avec un écran eInk il y a quelques années, il y a maintenant plusieurs constructeurs qui proposent de véritables tablettes tactiles dotées non pas d’un écran LCD, comme la plupart des tablettes, mais d’un écran eInk, le même que l’on retrouve sur les liseuses!

On retrouve ici différentes approches: certains ont fait le choix de systèmes minimalistes, basés sur un noyau Linux et une interface graphique légère (comme le norvegien reMarkable, ou la SuperNote A5 du chinois Ratta), quand d’autres se basent sur des versions modifiées d’Android (comme le chinois Onyx, ou la SuperNote A5X). Si dans le premier cas, on retrouve au niveau processeur et mémoire vive des spécificités similaire aux liseuses grand public évoquées ci-dessus, avec l’ajout d’une couche Wacom pour permettre l’écriture avec un stylet, dans le second cas ces appareils disposent de processeurs récents tels que ceux qui équipent smartphones et tablettes. Dans les deux cas les appareils sont performants, les premiers bénéficiant d’un logiciel fortement optimisé, et permettent de lire confortablement des fichiers PDF, mais aussi de les annoter avec un stylet.

Ainsi, ces tablettes eInk permettent de faire bien plus que ce que l’on peut faire avec une liseuse. De plus, on retrouve une diagonale d’écran plus adaptée à la lecture de livres ou d’articles de revues académiques ou encore de fichiers que l’on souhaiterait lire imprimés au format A4: les appareils de ce type ont des diagonales allant de 10 à 13.3 pouces (format A4), celles-ci adaptées pour la lecture de nombreux fichiers.

De mon expérience, le 10 pouces est une taille d’écran polyvalente, permettant en supprimant les marges des PDFs (ce qui est facile avec la plupart des logiciels fournis avec ces appareils) de lire confortablement tant que des livres que des articles de revues académiques, mais aussi des documents A4 disposants de marges. Ce format est par contre un peu juste pour des documents A4 sans marges (articles à plusieurs colonnes, certaines thèses), ou pour qui voudrait conserver les marges d’un document A4 pour y ajouter des annotations: le 13.3 pouces sera alors préférable.

Onyx Boox: tablettes eInk Android puissantes et performantes.

Les tablettes eInk Onyx Boox sont intéressantes car elles offrent un matériel très performant. Elles tournent sous Android et on peut y installer de nombreuses applications différentes, ce qui en fait des appareils très polyvalents.

En effet, ces tablettes eInk disposent du PlayStore: il est donc possible d’y installer la plupart des applications Android, et notamment les applications des principaux marchands de livres (Amazon Kindle, Kobo, Nook, etc) et donc de lire les ouvrages achetés chez ces derniers et protégés par DRM. Le support PDF est vraiment bon, et ce avec l’application de lecture par défaut. De plus, avec un écran 10.3 pouces comme celui de la Boox Note 2 ou des plus récentes Boox Note 3 et Boox Note Air, la plupart des documents PDF peuvent être lus confortablement, celui-ci étant assez grand pour afficher quelques marges, ce qui est idéal pour lire des articles de revues académiques ou des livres scannés provenant d’archive.org par exemple. Par contre, les applications ne sont généralement pas adaptées pour l’eInk: on ne doit pas s’attendre à avoir la même fluidité que sur une tablette à écran LCD, même si un mode rapide permet d’optimiser le rafraîchissement de l’écran.

Comme nous l’avons évoqué, avec un stylet on peut écrire sur ses documents, ce qui change la donne quand on compare des appareils aux simples liseuses: il est possible d’annoter le PDF son appareil à encre numérique Boox grâce au stylet, puis d’exporter ses documents ainsi annotés. Ceci dit, le surlignage avec le doigt marche très bien avec les liseuses sans stylet: si le but est uniquement de marquer certains passages, pas besoin de stylet, ni d’une tablette eInk: une bonne liseuse suffira!

Il faut prendre en compte que certains appareils de cette marque tournent sous des versions d’Android relativement anciennes. Comment vieillira une liseuse sous Android 7, 8 ou 9? Les fabricants de ces tablettes eInk poursuivront-ils leurs mises à jour? Pour l’instant, il semble qu’Onyx ne soit pas orienté vers un support long terme de ses appareils, mais vise plutôt la mise sur le marché de nouveaux appareils, parfois présentant des améliorations mineures par rapport à la génération précédente, approche plus lucrative. Le choix des « tablettes à encre digitale » de ce constructeur n’est donc pas forcément le meilleur pour qui cherche un appareil durable: sur le long terme, et en cas d’absence de mises à jour il ne sera pas non plus possible de tenir à jour ses applications issues du PlayStore. Ce qui n’est pas forcément un problème si vous utilisez principalement les applications de base, en mode hors ligne, par exemple pour travailler sur des documents. Ce peut néanmoins poser des questions de sécurité si vous souhaitez utiliser l’appareil pour naviguer sur internet, ou consulter et répondre à des courriels. Dans ce contexte, il est à mon avis pertinent de favoriser les modèles sous Android 10 (comme la Boox Note 3) par rapport aux modèles plus anciens dont la mise à jour vers Android 10 est loin d’être garantie.

Malgré leurs limitations, liées à certains choix du constructeur (qui peuvent évoluer), ces appareils offrent un bon rapport qualité / prix, en prenant en compte le fait qu’une liseuse Android est intéressante surtout sur un format de 10 pouces ou plus: en 8 pouces la PocketBook / Vivlio Inkpad 3 fonctionne assez bien pour 100 euros de moins qu’une Boox Nova 2, et avec la certitude de pouvoir bénéficier de mises à jour sur le long terme! Une tablette eInk Android dotée d’un stylet permet néanmoins certains usages inimaginables sur une liseuse plus minimaliste, même en 6 pouces…

Le constructeur ne se limite pas aux diagonales de 10 pouces: la Onyx Boox Max 3 (AmazonEbay) comme sa version plus récente Boox Max Lumi (Amazon) sont dotés d’un écran eInk de 13.3 pouces. De part leur polyvalence, ces appareils 13 pouces sont un très un bon choix pour qui cherche une tablette eInk avec un grand écran, capable de lire du PDF mais aussi tout autre fichier numérique, et qui permet de prendre des notes comme d’utiliser de nombreuses applications.

Ce peut être de bons outils de travail pour des enseignants-chercheurs, des doctorants ou ingénieurs, souhaitant lire et écrire sur des documents A4 en plein format, même s’il faut garder en tête les limitations de ces appareils, liées aux choix des constructeurs, dont l’utilisateur reste dépendant pour les mises à jour futures.

Boyue / LikeBook: eReader Android à bas coût.

Les liseuses Boyue / LikeBook sont similaires sur le plan matériel aux liseuses Onyx Boox mais sont moins onéreuses. Dans les deux cas, nous avons affaire à des produits issus de constructeurs chinoix, et basés sur Android. Par exemple, la LikeBook Mars est moins chère qu’une Boox Nova Pro et offre des performance similaires (sans le stylet). Néanmoins, l’interface est moins fluide: a l’usage, la Boox Nova Pro est plus agréable à utiliser. Ceci dit les deux peuvent convenir très bien si l’objectif est uniquement de lire des PDF et la LikeBook Mars se trouve à un prix imbattable! En 10.3 pouces, la LikeBook Alita est un modèle à considérer, même des incertitudes persistent sur la disponibilités de mises à jour logicielles sur le temps long.

Au niveau logiciel les liseuses Boox sont plus agréables à utiliser que les liseuses Boyue LikeBook; la gestion du rétro-éclairage est aussi plus fine, plus aisée. De plus, avec un site web uniquement en chinois, même si le fabricant est actif sur twitter, comment envisager sereinement le service client? Il me semble plus sûr de rester sur les marques plus connues pour l’instant, même si, pour qui se sent de tenter l’aventure ces tablettes eInk sont interessantes, offrant un rapport coût/performance clairement meilleur que la concurrence. A ce titre, la LikeBook Alita semble très bien placée pour qui cherche un lecteur eInk dédié au PDF et accepte d’utiliser un lecteur sous Android avec les avantages et inconvénients que ça implique. C’est une alternative à la Inkpad X, qui permet de rester dans une fourchette de prix similaire.

reMarkable (1&2)

Le reMarkable est pour sa part un produit plus minimal, mais bien conçu, et plus ouvert: on peut y ajouter facilement des documents, et modifier facilement la partie logicielle. C’est un appareil performant, mais son lecteur PDF est par défaut plutôt limité. Il n’y a par exemple pas de support pour les bookmarks ainsi que des limitations que l’on ne retrouve pas sur le logiciel proposé par Ratta ou même Onyx, limitations que nous détaillons dans notre article consacré au reMarkable 2. On trouve par contre maintenant des reMarkable 1ou 2 à bas coût sur ebay, ce qui en fait un choix intéressant pour qui veut lire et annoter des PDFs sans se ruiner, d’autant plus si l’on est prêt à installer un logiciel tiers.

La tablette « reMarkable » se veut au plus proche de l’expérience du papier. Les ingénieurs ont donc fortement travaillé sur la pointe du stylet, et la surface supérieure de l’écran, ainsi que sur l’application de prise de note: on n’a pas l’impression d’écrire sur du verre, comme c’est le cas avec certaines tablettes, mais on se retrouve avec une sensation proche du crayon sur du papier a grain, tout en ayant la possibilité de changer d’outils. De ce fait, l’écriture sur un document vierge comme lors de l’annotation de PDF est confortable, néanmoins l’appareil de part ses limitations en lecture de PDF (pas de possibilité de modifier le contraste, navigation très limitée) n’est pas le plus adapté pour cette tache. C’est avant tout un carnet numérique, destiné à prendre des notes ou dessiner des croquis, qui peut aussi permettre de lire des PDFs.

Une modification logicielle permet d’utiliser un stylet Lamy et d’utiliser le bouton de celui-ci pour passer d’un outil à l’autre, par exemple d’un « crayon » à un « fluo ». Par contre, l’exportation des annotations les enregistre comme une autre couche d’image sur le PDF, ne laissant pas la possibilité de les extraire facilement une fois le document exporté sur un ordinateur, par exemple dans Zotero. C’est le cas de la plupart des appareils évoqués ici, à l’exception de la Quaderno gen 2, comme nous allons le voir ci dessous.

La lecture de fichiers ePub, si elle est possible sur une reMarkable et bien moins agréable sur sur une « vraie liseuse » comme une Kobo: pas de dictionnaire, difficulté à naviguer rapidement dans le livre numérique… en fait le fichier ePub est convertit en PDF avant d’être ouvert par la tablette.

Le reMarkable – c’est son point fort, malgré ses limites – est très ouvert: on peut facilement y accéder en root et apporter des modifications permettant de l’adapter à ses habitudes de travail. Une forte communauté de développeurs propose des applications tierces, relativement faciles à installer grâce à un dépot spécifique. On peut aussi installer les « remarkable-hacks » qui permettent d’améliorer considérablement l’expérience de lecture PDF et d’annotation, en rendant possible une navigation rapide dans les favoris entre autre.

Fujitsu Quaderno Gen 2, A4 (13.3″) ou A5 (10″)

Les tablettes proposées par Fujitsu, au nom de « Quaderno » sont probablement les plus adaptées au PDF, et conviendront aux personnes qui veulent uniquement travailler avec ce format. Si c’était initialement des tablettes dont la partie hardware provenait de Sony (reprise du DPT-RP1, abandonné par la marque), la génération deux marque une rupture et Fujitsu innove. Les appareils disposent, tant en 10 qu’en 13.3 pouces d’un écran de dernière génération E-ink carta 1250, avec un contraste et une rapidité améliorée, mais c’est surtout au niveau logiciel que la supériorité de l’appareil se fait sentir.

Il ne peut lire que des PDFs, mais il le fait très bien. La différence la plus flagrante est quand on exporte ses fichiers: les parties surlignées, alors qu’elles prennent la forme d’une image sur-imposée au texte chez reMarkable ou SuperNote, prennent ici la forme d’une réelle annotation, ce qui permet à des logiciels comme ZotFile de récupérer ces passager et de les intégrer à un logiciel de gestion bibliographique, comme par exemple Zotero.

Disponible en A5 ou en A4, le Quaderno est l’arme ultime pour qui préfère un appareil centré sur un usage qu’un appareil polyvalent qui n’excellera pas forcément sur chacune des possibilités qu’il offre. Par contre, son écran basé sur la technologie Carta est probablement doté d’une fine couche de verre synthétique, et en cela plus fragile que l’écran Mobius proposé par d’autres constructeurs. Une donnée à prendre en compte pour un appareil nomade, que certains voudront pouvoir transporter dans un simple sac à dos…

SuperNote A5 & A5X – polyvalence et réactivité

Les « SuperNotes » sont les tablettes à encre digitale proposée par le chinois Ratta. Si on retrouve un constructeur Chinois, comme Onyx, l’approche ici est différente. Si Onyx propose des nouveaux appareils très régulièrement, Ratta se concentre sur les fonctionnalités, le logiciel, et est très actif sur les réseaux sociaux, notamment reddit. L’entreprise essaye d’être à l’écoute des utilisateurs et propose des appareils plus minimalistes que les concurrents.

La SuperNote A5 est basée sur un système GNU/Linux minimaliste et est tout à fait adaptée pour la lecture de PDF comme la prise de note. Par contre certaines limitations sur la navigation dans les PDFs rendent préférable sa grande sœur, la SuperNote A5X. Bien que basée sur Android, cette tablette est plus simple que ce que propose Onyx: pas de PlayStore et s’il y a un store d’applications, ce sera plus tard et avec uniquement une sélection d’applications optimisée pour l’encre numérique. Au niveau de la navigation dans le PDF, il y a quelques fonctionnalités fondamentales qui manquent clairement sur la A5 « basique ». Grace à la détection de caractères, (qui fonctionne en local, sans avoir besoin d’un accès internet) il suffit d’entourer un mot avec un outil spécifique pour qu’il s’ajoute à un menu facile d’accès.

On peut ainsi créer une table des matières personnalisée, et aller facilement de la page que l’on lit à une section avec des notes ou des références par exemple. La latence est plus grande qu’avec la reMarkable 2, mais les capacités étant largement supérieures l’appareil est bien plus adapté pour qui veut lire des PDF. De plus, doté d’un écran Mobius et d’un stylet à pointe céramique, l’appareil devrait être très durable.

L’attitude de l’entreprise laisse espérer une amélioration des capacités logicielles de l’appareil, qui peut déjà lire et annoter des documents dans de nombreux formats (PDF, epubs, .doc, .docx, cbz…). On peut aussi utiliser l’appareil pour lire ses emails, et il est à l’inverse facile de l’utiliser totalement hors ligne, en transférant ses fichiers à l’aide d’un câble USB.

Conclusion: quelle tablette eInk choisir pour lire du PDF?

En 10 pouces, une Boox Note 3 (Amazon) peut s’avérer un bon choix. Malgré ses limitations, cette liseuse est en effet durable, avec son écran Mobius plus résistant aux chocs qu’un écran Carta et, dotée d’un processeur performant et tournant sous une version récente d’Android, elle est très polyvalente: c’est plus une tablette à encre digitale qu’une simple liseuse. Pour qui cherche à économiser et accepte un appareil sous Android 9, la Onyx Boox Note 2 (ebayAmazon) peut être pertinente.

Pour qui veut pouvoir lire des documents A4 avec le maximum de confort et bénéficier d’une grande polyvalence, nous recommanderions plutôt un appareil en 13.3 pouces, comme la Boox Max Lumi (Amazon) ou la Onyx Boox Max 3 (AmazonEbay) qui elles aussi sont de véritables tablettes eInk, et offrent une grande polyvalence disposant du PlayStore.

Des appareils plus minimalistes peuvent aussi s’avérer des choix judicieux, comme les Quaderno A5 Gen 2 ou Quaderno A4 Gen 2 de Fujitsu. En 10 ou 13.3 pouces, ils conviendront à qui souhaite uniquement travailler sur des PDFs. La SuperNote A5X offre pour sa part beaucoup plus de polyvalence tout en restant relativement minimaliste et peut être un bon choix pour qui souhaite un appareil équilibré et durable.

Ces dernières sont par contre plus difficiles à trouver en France que les appareil d’Onyx, ce qui peut être problématique si l’appareil ne vous convenait pas et que vous souhaitiez effectuer un retour. Ce sont en tout cas des appareils durables, qui peuvent s’avérer d’excellents choix sur le long terme.

La reMarkable 2 me semble plutôt à réserver à des gens cherchant un appareil pour écrire, au bureau, sa fragilité et les limites en lecture de PDF de son logiciel n’en faisant pas le meilleur appareil à l’heure ou de solides alternatives existes.

Des questions, une expérience à partager? N’hésitez pas à laisser un commentaire ci-dessous ou à vous exprimer dans les forums!

Articles qui pourraient vous intéresser:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.